lundi 22 décembre 2008

Le plus courageux des oignons

Assoyez vous petits enfants farons (Fanfarons) pour l'histoire. Si père Cool (Hyper Cool) souhaite vous la raconter.

Bon le petit Jimmy tu peux t'assoir sur ma collection d'herbe à poux. Oui la petite Matilde il reste de la place entre les deux chiens. Comment ça allergique au chien ? Assois toi-là tout de suite ! Où en étais-je... ah oui ! Moi, père Cool au nom idiot servant seulement à préparer un jeu de mot discutable, vais vous raconter un joli compte de Noël. Youpi di dli dou, un joli compte de Noël avec des fées donistes et des lutins facécieux ! Oui oui facétieux !! Oh mais c'est que je ne peux plus me contenir tellement ça sent la joie de Noyel !!! Allons tous danser sur le sapin !!!!

C'est donc l'histoire de Tuti-Fruti, le petit radis, qui grâce à son courage, réussi à devenir le plus courageux des oignons.


TutiFruti un jour s'garochait dans l'étang plein d'vielle bouette et d'mottes de sloch (nos confrères Français et Belges pourraient éprouver quelques difficultés à comprendre la dernière phrase. Et bien... tant pis pour eux !!! Non mais ! En plus ils sont louches avec leur expressions comme : "Il faut couper la pomme avant d'allumer le chat " et "rien ne sert de se promener nue avec les loups, il faut partir l'aspirateur") tout en hurlant des slogans communistes (ce que font tous les radis: tous les gens intelligent savent ça: vous le saviez pas vrai ...)

Il en était à son troisième saut en hurlant : "Les capitalistes sont des saucisses" quand un effroyable, hideux, papou, terrifiant monstre s'approcha avec la subtilité d'une outarde dans un banc de flétan... Il avait des cheveux rouges comme le sang de ses victimes, des dents blanches et pointues comme les ténèbres (euh c'est blanc les ténèbres ???), un costume de la couleur du feu qui brule et un visage blanc comme la mort. Il éructa:

Je vais te manger, espèce d'oignon !

Mais mais... twit de niouf, je suis un radis !

Tu diras ça à mon estomac... Mouaarrrrrg !

Et l'effroyable monstre mangea le radis et mourut sur le coup car il était allergique au radis. Les gentils oignons, qui étaient persécutés depuis longtemps par ce monstre qui les faisait frire, pleurèrent longtemps celui qu'il considère encore aujourd'hui comme l'un des leurs. Ils l'appelèrent: le plus courageux des oignons. Et leur tristesse de perdre leur héros était-telle que tout ceux les touchants se mettaient à pleurer.

C'est pourquoi éplucher les oignons fait pleurer. Ça me semble évident comme preuve !

FIN CULTE ! (inculte)

6 commentaires:

  1. Arthur l'ami des mitaines22 décembre 2008 à 16:05

    Quelle histoire fascinante !

    RépondreSupprimer
  2. J'en suis toute retournée !!!

    RépondreSupprimer
  3. Jean Lebien Membré30 octobre 2010 à 16:03

    Cette histoire m'a tellement touché que je ne passe plus dans le cadre de porte !

    RépondreSupprimer
  4. J'étais sûre que c'était toi qui avais envoyé "Vive les tapis" -_-'
    ...C'était donc ça, serai-je complètement insensible, je ne pleure jamais quand je coupe des wanyons :D
    Je ne m'attendais pas du tout à cette fin XD

    RépondreSupprimer
  5. Oui, tu es complètement insensible !!! Pleures !!!

    RépondreSupprimer